Quick Reads

Le projet de forçage génétique dirigé par Target Malaria n'informe pas les communautés locales des risques encourus: un nouveau court-métrage

Target Malaria est un consortium de recherche qui vise à éradiquer les espèces de moustiques porteuses du paludisme à travers des outils de modification génétique. Dans le cadre de cette expérience, ces outils n’ont pas fait l’objet d’un consentement de la part des communautés : c’est le message principal d’un nouveau court métrage qui sortira cette semaine. 
 

Target Malaria’s Gene Drive Project Fails to Inform Local Communities of Risks: New Film

Target Malaria, a research consortium that aims to eradicate malaria-carrying species of mosquitoes using new genetic modification tools, does not have proper consent from communities for its experiment. That is the main message of a new short film that is being released this week.

“A Question of Consent: Exterminator Mosquitoes in Burkina Faso” documents conversations with residents of the areas where Target Malaria is conducting tests, as well as opposition from civil society groups in the region.

United Nations Hits the Brakes on Gene Drives

Landmark Convention on Biological Diversity decision calls on governments to conduct strict risk assessments and seek indigenous and local peoples’ consent ahead of potential release of ‘exterminator’ technology.

Friends of the Earth International and ETC Group 

29 November 2018, Sharm El Sheikh, Egypt: Today, the UN has made a significant global decision on how to govern a high-risk, new genetic engineering technology – gene drives[1].

Des technologies « terminator » aux technologies « exterminator »

Vingt ans après les semences-suicide, la société civile se mobilise en Egypte cette semaine pour parer aux suites de ces transgènes : le forçage génétique

L’histoire se répète

Il y a maintenant vingt ans, le Groupe ETC a découvert un brevet étasunien sur les technologies surnommées depuis lors « technologies terminator » — des semences génétiquement modifiées qui font que les agriculteurs ne peuvent ni conserver ni assurer la reproduction des semences. La société civile et les mouvements paysans ont protesté contre le fait que ces semences-suicide menaçaient des pratiques de conservation des semences aussi anciennes que l’agriculture.

Un appel à protéger les systèmes alimentaires d’une technologie mortifère :

Le mouvement mondial pour l’alimentation et l’agriculture dit NON à l’utilisation du forçage génétique.

Le forçage génétique est une nouvelle technologie qui permet de modi er génétiquement des populations entières. Tous les êtres vivants sont concernés, insectes, plantes, animaux.... Cette technologie invasive constitue une tentative délibérée pour créer de nouvelles formes de pollution génétique : extinction d’espèces entières ; mise en danger des formes d’agriculture et de nourriture durables et équitables.

Ne trahissez pas l’Afrique !

Les Organisations de la Société Civile exhortent les gouvernements africains à ne pas trahir l’Afrique sur les sujets liés à la biologique synthétique et au forcage génétique.

En tant que représentant.es d’un large éventail d’organisations de la société civile africaine, nous ne nous sentons pas bien représenté.es par les délégations du Nigéria et de l’Afrique du Sud, qui parlent au nom du Groupe Africain, proclamant représenter la population africaine sur la question de la biologie de synthèse (synbio) et des organismes issus du forçage génétique (GDO).

Do Not Betray Africa on SynBio and Gene Drives

CSOs urge African governments to support moratorium

As representatives of a broad range of African civil society organisations (CSOs), we do not feel represented by the delegations of Nigeria and South Africa, speaking on behalf of African Group, in their attempt to speak on behalf of the people of Africa on the issue of synthetic biology (synbio) and gene drive organisms (GDOs). 

Pages